Tools
Typography

Les nominés et les lauréats de la première édition du Prix littéraire Zamenga sont connus. L’annonce s’est déroulée le 25 mars 2017 dans la salle de spectacle du Centre Wallonie-Bruxelles à Kinshasa. Monsieur Serge Tshamala Kadima est le premier et le grand lauréat de ce Prix pour sa nouvelle L'os de l'albinos. mediaspaul.cd est allé à sa rencontre et vous propose de le découvrir dans cette interview.

mediaspaul.cd : Monsieur Serge Tshamala Kadima, qui êtes-vous ? Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Serge Tshamala Kadima (STK): Marié et père de six enfants (3 garçons et 3 filles). Prof de français et d’histoire au collège Boboto.

mediaspaul.cd : Vous venez de rapporter la toute première édition du prix littéraire Zamenga. Après vous être révélé au public, prenant la parole, vous avez lancé : « Je m’y attendais pas… l’écriture n’est pas ma passion… » Et vous avez aussi dit : « J’écris à tout moment et sur tout... » Ces propos semblent un peu contradictoires. Tantôt vous affirmez que l’écriture n’est pas votre passion, tantôt vous assurez que vous écrivez à tout moment… Etes-vous un passionné d’écriture ? Un écrivain qui s’ignore ? Ou simplement un auteur au sang littéraire noble qui s’exprime en toute humilité ?

STK : Il est toujours fort malaisé de parler de soi au risque de verser dans la prétention. Ce sont vos lecteurs qui sont mieux qualifiés pour porter un jugement. La vérité est que le besoin d’écrire me colle à la peau.

mediaspaul.cd : Votre nouvelle a convaincu les jurés, monsieur Serge. Pourririez-vous parler à nos lecteurs de quelques astuces de votre écriture ? Autrement dit, comment vous êtes-vous pris pour écrire l’os de l’albinos ?

STK : Astuces, non. Je me suis simplement appuyé sur un fait divers. Je me suis efforcé certes de chuter, de finir de la façon la plus inattendue possible. C’est peut-être là le côté truculent, pittoresque du récit.

mediaspaul.cd: Sans doute, monsieur Tshamala, la délégation Wallonie-Bruxelles vous invitera un jour pour présenter l’os de l’Albinos au public. Mais à l’instant, pouvez-vous haleter quelque chose sur votre nouvelle ? Quelle histoire y racontez-vous ?

STK : J’ai voulu épingler le charlatanisme, phénomène presque récurrent en médecine traditionnelle, en politique, dans les églises…Avec un esprit imaginatif, avec du culot, on peut se faire des sous dans cette ville.

mediaspaul.cd: Votre nouvelle paraîtra dans une anthologie avec les 7 autres nominés, et vous serez lu par le public. Eventuellement, les éditions Médiaspaul et Mabïki coéditeront aussi un de vos manuscrits et donc, vous serez encore plus lu. Vous auriez encore le courage d’écrire et d’écrire encore… Sachant que le lecteur peut appréhender l’identité littéraire de l’écrivain, je voulais dire ; l’image qu’il veut donner de lui-même dans ses écrits, sa vision du monde, sa conviction. En ce sens, qu’attendez-vous présenter à l’humanité à travers vos écrits ?

STK : Avoir l’audace de témoigner, de partager. Pour paraphraser Pierre et Jean dans Actes 4,20: « Comment se taire, comment ne pas parler de ce que nous avons vu et entendu ? » Des témoignages servent aussi à édifier.

mediaspaul.cd: Voudriez-vous bien nous donner un extrait, vraiment un court extrait de l’os de l’albinos ?

STK : « Ils (les albinos) souffrent, il est vrai, d’une anomalie congénitale due à une insuffisance de mélanine. Mais cela n’en fait des êtres humains extraordinaires et moins encore mystiques ».

mediaspaul.cd: nous sommes arrivés à la fin de notre interview, monsieur Serge. Nous vous félicitons encore d’avoir rapporté le prix Zamenga, merci à vous de nous avoir accordé le temps pour cette interview. Avez-vous quelque chose à ajouter ?

STK : * Je voudrais encourager MWIMBA TEXAS pour toutes ses initiatives en faveur des albinos, à travers son association. *Je voudrais encourager tous ceux qui sentent avoir cette grâce d’écriture, qu’ils ne se lassent point. Car de grandes bénédictions les attendent sur le sentier.

 

 

Lire : Marshall, 2ème au prix Zamenga

Lire : Laurianne, 3ème au prix Zamenga

Lire : Prix litteraire Zamenga

 

Accordion