A community in Congo
La Famille Paulinienne à Kinshasa
Kinshasha
City lights by night
Lubumbashi
Lubumbashi (formerly known as Élisabethville) located in the southeastern part of Democratic Republic of the Congo, is the second-largest city in the country.
Lire pour s'instruire
Médiaspaul RD Congo
Année vocationelle
2019-2020
Pacom - Centre d'étude
Festival du livre et de la Bible - Kinshasa
23-28 avril 2019
Kinshasa - Blvd 30 Juin
Année Biblique de la Famille Paulinienne

Tools
Typography

La communauté Jacques Alberione «SCOJA», communauté abritant les juniors de la Société Saint-Paul de la Région Congo était en retraite à la date du 08 au 13 novembre 2020. Ladite retraite a été prêchée par Monsieur l'Abbé Guellord MINDELA, Prêtre du diocèse d'Idiofa. Le thème principal de la retraite porte sur: «  Tu m'as appelé Seigneur, me voici  » tiré du livre de 1 Samuel 3, 3-10; et le sous-thème était «  Vocation et discernement  ».

D'entrée de jeu, le prédicateur a pris soin de souligner que: «deux mots sont au cœur de notre retraite: vocation et discernement . Toute vie a sa vocation en Dieu, c'est lui le premier qui vient vers nous et se propose à nous; voilà pourquoi il attend de nous une réponse libre et responsable. Pour bien vivre cette réponse, il y a besoin du discernement de la part de l'appelé ».

Du thème principal, le prédicateur a articulé les entretiens en 3 parties:

  1. Vocation: appel de Dieu et réponse de l'homme;
  2. Vocation et discernement;
  3. Rien n'est tard, rien n'est perdu, tout est possible.

Le premier jour le prédicateur a pris soin de détailler le thème: «  vocation: appel de Dieu et réponse de l'homme  ». En citant l'exhortation apostolique post-synodale du Saint Pape Jean-Paul II Pastores dabo vobis , le prédicateur a tenu à souligner: «toute vocation est une histoire et non un fait ponctuel; la vocation crée un dialogue entre le Dieu aimant et l'homme libre: Dieu se propose et l'homme répond; et enfin, la vocation ouvre toujours à tout autre ».

De ce fait, le prédicateur a montré que Dieu est l'origine et la finalité de la vocation. A en croire la signification de mot vocation qui est d'origine latine (« vocare » qui veut dire appeler, mettre à part, choisir…), «la vocation est une aventure qui grandit entre un appelant qui est Dieu et l ' appelé, l'homme. Dieu intimé, et l'homme répond. Entre l'appelant et l'appelé, l'initiative est du côté de l'appelant ». Si la vocation est d'abord l'initiative de Dieu, les Ecritures Saintes et l'histoire nous révèlent que le Dieu chrétien n'est pas un Dieu dictateur, il ne s'impose pas à l'homme, bien au contraire il se Proposer à celui-ci et assister patiemment de lui une réponse libre et responsable.«Nul ne s'appelle soi-même à la vie religieuse ou sacerdotale, c'est Dieu qui prend l'initiative, et l'homme répond», a conclu le prédicateur. Pour ce, Dieu nous intimé en vue d'une mission; quand Dieu choisit, c'est pour une mission.

Le deuxième jour, les entretiens étaient au tour de la thématique «  vocation et discernement  ». Le discernement, disait le prédicateur, «est un thème majeur au pape François à telle enseigne qu'à chacune de ces publications, il prend soin d'aborder cette thématique qu'il en a placé au cœur de son pontificat même».

Toute notre vie est et sera discernement, parce que tout au long de notre vie, nous serons devant des situations qui nous demanderont de prendre une décision; le discernement n'est pas un événement ponctuel, mais un processus continuel. Le discernement est un moyen important dans le processus de maturation et de toute vocation.

Utilisé dans l’Eglise de la formation, le discernement s’applique de deux côtés : d’un côté de la part des formateurs qui doivent évaluer les formés, et de l’autre côté de la part des formés qui doivent se poser des questions et évaluer leurs parcours vocationnels. L’importance de discernement dans le processus vocationnel est de nous aider à choisir notre véritable vocation, nous aider à voir quels sont les éléments positifs que nous pouvons copier chez les autres et qu’est-ce que nous ne pouvons pas, nous rappeler que Dieu ne nous appelle pas en gros, il nous appelle chacun par son nom ; « notre Dieu n’est pas un grossiste », comme on pouvait entendre l’abbé Guellord clôturer la journée.

Le troisième jour, il était question de « préalables pour un bon discernement » ; lors de cette journée, le prédicateur a fait comprendre qu’il y a deux préalables pour la réussite de tout discernement : la connaissance de soi et la connaissance de l’idéal poursuivi.

La connaissance de soi est la condition sine qua non pour la réussite de discernement ; la personne qui discerne doit se connaître : quelles sont ses forces, ses qualités, ses capacités, ses faiblesses, etc.

La connaissance de l’idéal poursuivi aide à comprendre ce pourquoi on est appelé ou ce pourquoi on se trouve dans une maison de formation religieuse. Sur ce, le prédicateur a proposé la méditation de numéro 285 de l’exhortation Christus Vivit du Pape François qui dit : « Quand il s’agit de discerner sa propre vocation, il est nécessaire de se poser plusieurs questions. Il ne faut pas commencer par se demander où l’on pourrait gagner le plus d’argent, ou bien où l’on pourrait obtenir le plus de notoriété et de prestige social, ni commencer par se demander quelles tâches donneraient plus de plaisir à quelqu’un. Pour ne pas se tromper, il faut commencer d’un autre lieu, et se demander : Est-ce que je me connais moi-même, au-delà des apparences et de mes sensations ? est-ce-que je sais ce qui rend mon cœur heureux ou triste ? ; quelles sont mes forces et mes faiblesses ? Immédiatement suivent d’autres questions : comment puis-je servir au mieux et être plus utile au monde et à l’Eglise ?; quelle est ma place sur cette terre ? ; qu’est-ce que je pourrais offrir à la société ? ; puis d’autres suivent très réalistes: est-ce que j’ai les capacités nécessaires pour assurer ce service ? ; ou est-ce que je pourrais développer les capacités nécessaires ? »

Le quatrième jour, l’entretien a tourné autour de « quelques atouts pour un bon discernement ». Il était question des éléments qui facilitent un bon discernement :

  1. Le silence et la solitude: le silence est le premier espace qui nous permet de rester nous-mêmes et rentrer en nous-mêmes pour se poser des questions dans le cadre d’orientation de notre vie ; la solitude dont il est question ici n’est pas celle de l’isolement.
  2. La prière : Dans le processus de discernement, le silence doit s’ouvrir à la prière en tant qu’un lieu de rencontre et de dialogue. C’est dans la prière que Jésus Christ, en communion du Père et du Saint Esprit, comme un ami véritable, vient nous ouvrir le don de la vocation ; en tant que don, la vocation est un don exigeant.
  3. L’accompagnement: le processus de discernement et de maturation de notre vocation exige de nous d’être accompagné ; nul ne devient mature de lui-même. C’est important qu’on se laisse accompagner, se faire guider (1 Samuel 3, 3-10).
  4. La conscience éclairée: si un accompagnateur est pour nous accompagner, la dernière décision revient à nous-même ; et pour cela, nous avons besoin d’avoir une conscience droite et éclairée.
  5. Le temps: le temps est le meilleur allié de la vérité. Il aide à faire tomber le masque. Un bon discernement se fait dans la patience et la prudence, en laissant le temps au temps ; c’est pourquoi il faut éviter toute précipitation avant toute décision (Mt 13, 24-30).

Après avoir parcouru et épuisé les contours de vocation et de discernement, il est temps pour le prédicateur de nous parler de 3 points de notre retraite: «Rien n'est tard, rien n'est perdu, tout est possible»; une sorte d’appel à chacun des participants sur leur parcours jusqu’ici et de revoir leurs priorités dans le cas où on se laisse emporter par quelqu'un ou quelque autre chose.

Tout qui commence bien, finit bien; le vendredi matin a été célébrée la messe d'action de clôture pour rendre grâce à Dieu pour ce qu'il a été pour nous durant ce temps de retraite; nous osons croire que les juniors pauliniens sont désormais bien outillés pour vivre la nouvelle année spirituelle, apostolique, académique, bien évidemment l'année biblique paulinienne qui se pointe à l'horizon.

Accordion